Combien De Site Bonduelle En France?

Combien De Site Bonduelle En France
Qui êtes-vous par rapport au fondateur, Louis Bonduelle ? Je suis le représentant de la 6e génération. A l’origine, il s’agit de l’association de Louis Bonduelle et Louis Lesaffre, qui ont démarré ensemble une affaire de distillerie. Chacun a épousé la sœur de l’autre.

  • Quelques années plus tard, leurs deux veuves ont dirigé pendant une petite génération;
  • Elles ont su résister à des prédateurs intéressés par l’entreprise, avant de finalement décider sa scission;
  • Les deux familles se sont partagé les usines;

A la troisième génération, mon arrière-grand-père est arrivé dans un village du nord de la France, à Renescure, où il y avait une distillerie et une ferme. Deux de ses 13 enfants pensent alors que celles-ci ne vont pas donner du travail à tout le monde.

Nous sommes en 1926. Ils créent un atelier annexe de conserverie de produits de la ferme, signant ainsi les débuts de la conserve. Sous quel nom ? Quand les activités reprennent après la guerre, il est question d’apposer un nom sur ces conserves.

Mon grand-père et mon grand-oncle se sont battus sur ce sujet, l’un ne voulant pas voir son nom finir dans une poubelle. Il cède finalement et la marque éponyme naît ainsi. L’entreprise prend alors un grand virage. Le gouvernement décide au milieu des années 1950 de subventionner les arrêts de distillerie, considérant qu’il y avait trop d’alcool en France.

Après un siècle d’existence, alors que la distillerie était l’activité principale de l’entreprise, il est décidé de la stopper et recycler la totalité de la subvention reçue sur les activités de conserve : légumes, poissons, plats cuisinés, fruits.

Pour se recentrer un peu plus tard uniquement sur les légumes, à la fin des années 1960, et se lancer dans le surgelé. Puis la société, profitant d’un franc faible, démarre dans l’export, en Allemagne, au Benelux et en Italie. Internationalisation que vous avez accélérée.

Cela était, avec l’ambition de devenir le leader du légume, l’un des deux moteurs de notre stratégie et de notre croissance de 1985 à 2010. On s’est ainsi tourné vers le légume frais à la fin des années 1990, d’abord en France, puis en Italie, en Allemagne et cette année aux Etats-Unis.

Ensuite, cela a été l’Europe centrale, orientale, puis la Russie, l’Amérique du Sud, l’Amérique du Nord. Au final, on est présents en conserve, en surgelé, en salades, en sachets. Un légume peut être consommé différemment d’un pays à l’autre. Comment êtes-vous parvenu aux manettes ? J’ai fait une école de commerce, l’Edhec.

J’ai travaillé dans deux entreprises et, en 1985, le nouveau président de l’époque, Bruno Bonduelle, cousin germain de mon père, est venu me chercher J’ai démarré par l’usine. Rien de mieux pour comprendre le métier et le pratiquer.

J’y ai passé 5 campagnes, qui correspondent à des saisons, et puis j’ai démissionné. J’avais des velléités d’entreprendre. A 28 ans, le regard des cadres peut être pesant envers un membre de la famille. Vous vous demandez forcément : « Suis-je là parce que je le mérite ou parce que je suis héritier ? » Au bout du compte, vous êtes arrivé au sommet du groupe.

Le président m’a convaincu d’entreprendre pour lui. J’ai donc créé les filiales en Espagne et au Portugal. En 1991, je reviens en France et rejoins le directoire. Je suis nommé PDG fin 2001. Quand vous entendez parler de l’entreprise depuis tout petit, que vous vivez au pied de l’usine, faites du patin à roulettes dans les entrepôts, cela développe « l’affectio societatis » (NDLR : volonté de s’associer).

S’ajoute néanmoins la crainte de savoir si on sera à la hauteur. Cela fait donc dix-sept ans. L’entreprise a pas mal changé. Depuis 1987, le chiffre d’affaires a doublé tous les 10 ans : 300 millions d’euros en 1987, la moitié en France, un quart en Allemagne et le dernier quart au Benelux, Italie.

  1. Côté activités : deux tiers pour la conserve, un tiers pour le surgelé;
  2. En 2017, il est autour de 2,8 milliards d’euros;
  3. On a franchi une étape importante car le frais (45 % du CA) a dépassé la conserve (35 %) et le surgelé (20 %);

C’est une révolution. L’international a aussi alimenté fortement cette croissance. Les Etats-Unis (35 % du CA) ont dépassé la France (23 %). On passe de 4 usines à 54 sites industriels avec 15 000 personnes à équivalent temps plein. Quelle est la suite ? Pour les 20 ans qui viennent, notre ambition est toute autre.

Nous voulons devenir le référent, notion plus qualitative que celle de leader, dans le légume et le végétal. Ce qui ouvre plein de portes d’ici 2030 car c’est très « trendy » (NDLR : à la mode). On a une place de choix dans le monde pour préempter cette tendance lourde.

On parle d’algues, de céréales, de graines, etc. Sans compter qu’il y a encore plein de produits à développer. On s’est lancé récemment dans le champignon. Il n’y a pas que les technologies mais les gammes de légumes. Les salades sont un univers gigantesque. On a moins de problèmes à trouver des relais de développement qu’à mettre des priorités.

See also:  Comment Présenter Son Entreprise Sur Un Site Internet?

Mais oui, le végétal est l’un de nos prochains relais de croissance. Il nous reste aussi plein de pays à conquérir. Nous ne sommes pas présents en Asie, en Inde, en Afrique. La marque Bonduelle a encore de beaux jours devant elle ! Cette longévité est le cocktail de deux ingrédients : des facteurs de continuité et de changement.

On ne va pas faire le même métier qu’il y a 160 ans. A chaque génération, il y a eu une rupture stratégique réussie..

Où se trouve l’usine Bonduelle en France ?

Les Trophées de l’Industrie 2018 / Bonduelle

L’ usine Bonduelle, de la firme Bonduelle, est une usine d’emboitement de légumes située à Renescure dans le département du Nord en France.

Quel est le champ d’activité géographique de Bonduelle ?

Profil de Bonduelle – Bonduelle est spécialisé dans la production et la commercialisation de légumes transformés destinés à la distribution grand public, à la restauration et à l’industrie. Les produits sont vendus sous les marques Bonduelle , Cassegrain, Arctic Gardens, Globus, Ready Pac et Del Monte. Le CA par famille de produits se répartit comme suit :

  • légumes en conserve (39,1% ; n° 1 européen) ;
  • produits frais (37,3% ; n° 1 en européen) : salades traiteurs (crudités, taboulés, etc. ), salades prêtes à l’emploi, etc. ;
  • légumes surgelés (23,6%).

A fin juin 2021, le groupe dispose de 56 sites de production dans le monde. La répartition géographique du CA est la suivante : France (22,4%), Allemagne (7,5%), Europe (15,6%), Etats-Unis (34,5%), Canada (11,9%), Eurasie (6,3%) et autres (1,8%).

Qui a créé Bonduelle ?

Deux amis, Louis-Antoine Bonduelle et Louis Lesaffre-Roussel s’associent pour fonder une distillerie d’alcools de grains et de genièvre. Nous sommes en 1853, dans le Nord de la France.

Qui sont les principaux concurrents de Bonduelle ?

Quel est le statut juridique de Bonduelle ?

BONDUELLE, société anonyme à conseil d’administration, immatriculée sous le SIREN 445450174, est en activité depuis 67 ans. Installée à RENESCURE (59173). Son effectif est compris entre 250 et 499 salariés.

Quel est le but de l’entreprise Bonduelle ?

Capitalisation 769 millions € (novembre 2019) Chiffre d’affaires 2,855 milliards € (2019-2020) Résultat net 55 millions € (2019-2020) modifier – modifier le code – voir Wikidata  

Bonduelle est une entreprise multinationale d’origine française spécialisée dans la transformation industrielle des légumes  : conserves , surgelés et produits frais prêts à l’emploi. Ses produits, sous ses propres marques ou sous marques de distributeur , sont vendus principalement par les canaux de distribution classiques ( hypermarchés et magasins de proximité ). Elle est cotée à la bourse de Paris.

Quelles sont les finalités de l’entreprise Bonduelle ?

740 mots 3 pages Les objectifs stratégiques sont d’abord définis selon les finalités de l’entreprise. Par exemple, le groupe Bonduelle a pour finalité de « faire du légume l’avenir de l’alimentation partout dans le monde ». Dans cette perspective, son objectif stratégique est de développer ses marchés à l’international.

Le rachat de l’entreprise canadienne entre dans le cadre de ces objectifs. http://www. bonduelle. com/fr/nos-activites/process. html Les étapes de la culture 1 – Le semis L’une des spécificités de notre maïs Bonduelle, c’est le choix d’une semence bien particulière, naturellement sucrée.

Notre maïs est semé et cultivé dans des régions ensoleillées, dans le respect d’une charte d’approvisionnement. Bonduelle définit des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. De mi avril à fin mai, nous semons le maïs sur des terres sélectionnées par nos chefs de plaine.

  • 2 – La formation de l’épi De juin à juillet, au sommet de la plante se forme le panicule (fleur mâle);
  • Ensuite les épis (fleurs femelles) poussent le long de la tige;
  • 3 – La floraison, les soies, la formation des grains De juillet à août, hors de l’épi (ensemble de fleurs femelles) apparaissent les soies;

Le pollen des panicules (groupement de fleurs mâles) se répand sur les soies. Enfin les soies conduisent le pollen jusqu’à l’épi pour former les grains. En août, les grains se forment. 4 – La récolte D’août à septembre, nos chefs de plaine cueillent le maïs Bonduelle juste au bon moment, lorsqu’il est naturellement gorgé de soleil et de sucre.

  1. Notre maïs est ensuite dirigé vers nos usines de production;
  2. 5 – Effeuillage Réception, contrôle, effeuillage, tri manuel A son arrivée en usine, le maïs est analysé et vérifié (goût, couleur, calibre, maturité;

) par nos agents pour qu’il soit conforme à nos exigences. Ensuite le maïs est épluché pour retirer les feuilles qui protégent les grains. C’est avec la plus grande attention que nous trions manuellement les épis pour retirer les

  • .

    Quelles sont les valeurs du Groupe Bonduelle ?

    Combien De Site Bonduelle En France Harvesting green peas in a country house. Formidable patron des Hauts-de-France, Christophe Bonduelle, 59 ans, représente la 6ème génération du groupe éponyme créé en 1853. Alors qu’il vient de quitter ses fonctions opérationnelles, tout en conservant la présidence, il nous explique avec passion la fabuleuse histoire de ce géant de l’agroalimentaire, si emblématique de ces ETI familiales qu’il faut développer.

    Vous représentez la sixième génération de la famille Bonduelle. Alors que les membres de la septième génération commencent à intégrer l’entreprise, que vous apporte cette dimension familiale ? Christophe Bonduelle : Une entreprise familiale s’inscrit dans le long terme.

    Ce modèle offre une stabilité dans l’actionnariat et permet la stabilité d’une stratégie, ce qui ne signifie pas pour autant l’absence de mouvement. On ne peut évidemment pas imaginer exercer le même métier de la même manière durant 166 ans. Nous évoluons dans une civilisation hyper court-termiste mais nous sommes la preuve qu’il est possible de s’en sortir sans dévier de l’objectif.

    • Le modèle familial permet une certaine patience et une persévérance;
    • Au bout de six générations, on parle plus d’une logique de projet que d’une logique de sang;
    • La proximité de sang n’existe plus vraiment même si une famille reste toujours irriguée par un système de valeurs;

    Il faut avoir un projet auquel adhère le plus grand nombre afin de maintenir l’actionnariat motivé. La mécanique devient très puissante lorsque l’on a un noyau dur d’actionnaires ayant adopté un projet et qui le suit. Les entreprises familiales peuvent cependant avoir des travers et présenter des risques, mais, à mon sens, le bilan est largement positif.

    Comment expliquer l’incroyable longévité de Bonduelle ? Elle s’explique par un savant cocktail de facteurs de continuité et de changement. Chaque génération essaye d’apporter sa pierre à l’édifice et de transmettre à la génération suivante.

    Comment définir cette continuité dont vous parlez ? Elle s’exprime à travers un système d’objectifs d’actionnaires stable dans le temps et s’articulant autour de l’indépendance, la pérennité et l’épanouissement des collaborateurs. Nous disposons également d’un système de sept valeurs intangibles dans le temps qui ne sont pas de simples mots placardés sur le mur : l’ excellence, la simplicité, le souci de l’homme, l’intégrité, l’équité l’ouverture et la confiance.

    1. Il faut avoir confiance en l’homme et en sa capacité à faire des choses extraordinaires pour peu qu’on lui concède le droit à l’erreur et parallèlement le devoir d’initiative;
    2. Depuis nos débuts, nous sommes guidés par un fil rouge qui a sans nul doute très largement façonné la culture de notre famille et de l’entreprise : nous sommes des agro-industriels, par opposition à l’alimentaire confectionné avec des ingrédients en provenance du monde entier sans respect de la saisonnalité;

    Bonduelle est passé de la distillerie à la malterie, en passant par la sucrerie. A présent, nous faisons de l’ élaboration de végétaux. Comment le groupe s’est-il transformé au fil des années ? Nous aurions disparu depuis bien longtemps si nous n’avions pas changé depuis un siècle et demi.

    1. Nous avons connu plusieurs ruptures stratégiques régulières, intervenant pratiquement à chaque nouvelle génération;
    2. Une génération a besoin de réussir des ruptures stratégiques pour se légitimer et rééquilibrer les droits par rapport aux devoirs;

    Pour les premières générations, la rupture tenait à la diversification de la distillerie vers le sucre et le malte. Et pour la quatrième génération ? Ce fut le démarrage de la mise en conserve de produits de la ferme à l’ombre du métier principal de la distillerie jusqu’à une rupture stratégique très forte au milieu des années 50.

    Nous avons alors décidé d’abandonner le cœur de métier de l’époque pour recycler les subventions reçues sur le nouveau métier de la conserve (ces subventions visaient à diminuer le nombre de distilleries – ndlr).

    Une période de 20 ans a suivi cette rupture. Bonduelle était alors un conserveur au sens large du terme : légumes, fruits, plats cuisinés, poissons. Ce fut également le tout début de l’internationalisation vers des pays limitrophes comme le Benelux, l’Allemagne et l’Italie.

    A la fin des années 60, la France rentre dans l’ère de la société de consommation. Comment Bonduelle s’est-il adapté à ce nouveau paradigme ? Une nouvelle rupture stratégique forte est intervenue à ce moment-là avec l’arrêt de tout ce qui ne concernait pas les légumes et le lancement en parallèle d’une nouvelle technologie émergente en France, le surgelé.

    Nous avons aussi assisté à une intensification de l’international. À la fin des années 90, une nouvelle rupture stratégique s’est opérée avec la volonté de proposer des légumes sous toutes leurs formes. Ce virage a supposé de se lancer dans les légumes frais qui sont aujourd’hui devenus notre activité principale devant la conserve et le surgelé, et de devenir mondiaux en adressant notamment l’Europe orientale – Russie, Arménie, Ukraine et Biélorussie – et l’ Amérique du Nord.

    Quel regard portez-vous sur ces changements de cycles ? Lorsque l’on observe ces facteurs de changement, force est de constater qu’il existe des cycles plus ou moins rapides selon que l’on parle de vision de l’entreprise, de stratégie ou d’organisation.

    On change de vision environ tous les 20 ans, tandis que les stratégies changent plus souvent. Les politiques d’entreprises doivent s’adapter à un environnement changeant et les organisations doivent être agiles et changer beaucoup plus régulièrement. En 2012, nous avons refait un exercice de vision pour l’horizon 2025 qui nous a fait changer d’ ambition stratégique.

    Auparavant, nous courions après le leadership mondial du légume transformé. Depuis 2012, nous aspirons à quelque chose de beaucoup plus qualitatif : nous souhaitons désormais être le référent du bien vivre par l’alimentation végétale.

    Comment voyez-vous l’agroalimentaire de demain ? L’attente des consommateurs a évolué significativement. Aujourd’hui, la France ne représente plus que 22% de notre chiffre d’affaires. Malgré certaines variables, certaines tendances sont générales. Il existe une véritable prise de conscience concernant le fait que la santé passe par une alimentation saine.

    Nous avons la chance d’être positionnés sur le végétal en général, et le légume en particulier. Lorsque nous avons décidé il y a 25 ans de décliner le légume sous toutes ses formes, ce dernier avait une image assez ringarde.

    Nous avons probablement un peu imaginé le fait qu’il retrouverait ses lettres de noblesse dans le cadre d’une alimentation saine. Cela suppose également certaines manières de faire : optimum nutritionnel, garantie du sans résidu de pesticides, produits bio, etc.

    La préservation de l’environnement est également devenue un axe essentiel, alors que personne ne s’en souciait il y a encore deux décennies. Nous avons conservé un gène très fort d’agriculteur. La terre, l’eau, le soleil et la nature en général sont nos actifs les plus précieux.

    Nous avons toujours été très attentifs à la manière de préserver l’environnement en économisant l’eau, en luttant contre l’érosion des sols, etc. Ce que l’on désignait par développement durable il n’y a pas encore si longtemps est désormais appelé RSE et adresse des sujets plus larges.

    1. Nous avons un appétit naturel, et presque culturel, très fort pour ces sujets;
    2. Vous semblez miser de plus en plus sur la production locale… L’axe local est également un axe fort en cohérence avec le développement durable;

    On ne cherche pas à consommer en contre-saison des produits qui ont fait 10 000 kilomètres, on privilégie plutôt des produits qui respectent le cycle naturel des saisons et proviennent d’un rayon assez proche. Le quatrième axe est celui des petites marques qui deviennent presque des marques communautaristes par opposition aux grandes marques.

    Ce sont autant d’enjeux et de défis pour l’industrie alimentaire en général et l’agroalimentaire en particulier. Pourquoi avoir créé la Fondation Louis Bonduelle ? Nous avions constaté qu’il n’existait aucun site d’information objectif et scientifique sur les légumes, ni de sensibilisation dans les écoles, et auprès des CSP – afin d’expliquer que le légume est un produit accessible et apprendre à le cuisiner.

    Nous avons par ailleurs souhaité participer à l’effort de recherche à l’extérieur. Je suis fier de constater que notre fondation a été classée régulièrement au rang de première instance devant des grands de ce monde, notamment dans les milieux de la santé et de l’éducation.

    Quel autre type de projet soutenez- vous ? Nous avons porté un projet de développement d’une filière végétale au Cameroun très fédérateur à l’échelle du groupe. Nous avons souhaité faire quelque chose qui nous ressemble et qui nous rassemble dans notre territoire de compétences à travers la création de cette filière au Cameroun qui va de la production jusqu’à distribution, en passant par la transformation.

    Selon le principe du mécénat de compétences, nos collaborateurs prennent des vacances afin de séjourner sur place une ou deux semaines et apporter leurs compétences. L’entreprise prend à sa charge les aspects logistiques, tandis que le collaborateur offre de son temps.

    Ce projet a la particularité d’ être cofinancé par la famille actionnaire et par l’entreprise. Pourquoi avoir cédé, à 58 ans, la direction opérationnelle à Guillaume Debrosse, en charge des activités du groupe en Russie, Ukraine et Hongrie, tout en conservant la présidence.

    Appelé très jeune au plus haut niveau de l’ entreprise, j’ avais déjà 26 ans de direction générale et 17 ans de présidence et de direction générale à mon actif. Cela use. D’autant plus lorsque vous devenez très internationaux et que vous arpentez en permanence le monde entier.

    Par ailleurs, je suis lucide : au fil du temps, on perd notre capacité à imaginer les choses autrement. L’environnement est en pleine effervescence avec les nouvelles technologies, les nouvelles façons de consommer et de travailler.

    J’ai pensé qu’un regard neuf serait opportun pour appréhender ces changements. Concernant, le choix du moment, nous avions à gérer des renouvellements importants au sein du comité de direction. J’ai toujours considéré que ce n’est pas au prédécesseur de léguer une équipe toute faite à son successeur, et j’estime de la même façon qu’une famille doit s’organiser pour sa génération et non pas vouloir tout verrouiller pour la génération suivante.

    • Une transmission idéale ? Au bout de 25 ans, j’ai une connaissance intime du groupe et une certaine emprise dessus;
    • Mettre en place quelqu’un doit se faire en douceur;
    • Les phases de transmission au sein d’une entreprise familiale étant délicates, les choses sont plus simples lorsque l’on dispose du temps d’accompagnement nécessaire devant soi;

    Passer le relais à 58 ans permet donc de disposer du temps pour accompagner mon successeur. Il existe chez nous une sorte de règle non écrite selon laquelle on doit laisser les postes opérationnels à des acteurs plus jeunes à l’âge de 60 ans. Propos recueillis par Isabelle Jouanneau.